2. affirmer un rôle social

by internum

nous observons / Depuis un peu plus d’un siècle, les sociétés occidentales vivent des bouleversements technologiques majeurs qui modifient en profondeur notre rapport à l’Autre tant au niveau des perceptions sensorielles que neurologiques et sociales du monde.
Le rôle social de la culture est alors d’autant plus fondamental que cette société impose une redéfinition de tous les rapports entre les êtres par l’unique prisme de l’échange marchand et rentable, ce qui est, par nature, incompatible avec la Culture.
Maitrisant ce nouveau langage technologique qui se met en place et observant les velléités de récupérations de certains qui profitent de leur savoir pour continuer de contrôler le monde, nous prenons conscience de l’importance de notre rôle dans cette nouvelle définition des rapports entre les êtres humains et technoïdes induite par ces bouleversements.
Un paradigme d’importance est que dans ce monde si sérieux où le progrès technologique revêt tant d’enjeux, nous pensons une vision et une relation décalée et assainie à l’Autre.

 > Le développement technologique numérique entraîne un changement profond de l’ordre sociétal séculaire (85c)

 nous contribuons/ Nous effectuons un travail de recherche et de veille permanents, ainsi que de structuration et d’accompagnement du secteur et de ses possibles.
Chevaux de Troie de la culture numérique, nous restons attentifs et, par principe, indisciplinés et critiques d’une société trop cadrée.
Ce travail de recherche pourra se concrétiser par la production de réflexions, de cours.
Notre volonté de structuration pourra également se traduire par la création d’un ministère du désir numérique dont l’unique but serait de retrouver confiance et plaisir dans les technologies.

 > La Culture est un bien commun qui doit retrouver sa place passionnée, critique et indisciplinée dans son environnement. (119c)

nous transmettons / Nous sommes attachés à la notion de démocratie : la souveraineté, y compris culturelle et technologique, doit appartenir au peuple. Celui-ci la remet entre les mains de groupes désignés pour ces missions.
Sacraliser pour mieux ghettoïser… Le peuple s’est dépossédé de la technologie et la culture. Il nous semble fondamental de remettre l’art et la culture à leurs places : simples et accessibles, au cœur de la société.

> Contre l’individualisme et les relations virtuelles nous militons pour le développement de l’amour par le bit. (110c)

Au cœur du rôle social des arts et cultures numériques se trouve le binôme cognitif « partage et transmission » des savoirs qu’il nous appartient de promouvoir.
apprendre à écrire // apprendre à coder = s’approprier les nouveaux moyens de communication. Pour cette transmission des savoirs, le code est alors aussi important que l’écriture. L’apprendre donne un réel moyen d’interaction, de communication, de penser, et d’échanger.
Dans notre rôle de transmetteur, nous militons pour la création de ‘maisons ouvertes de pratique numérique’ où chacun pourrait venir apprendre à lire et écrire le code, nouveau et futur mode de langage.

> La révolution numérique est en lien direct avec la révolution de l’imprimerie en cela qu’il permet une diffusion des savoirs jamais égalée. (139c)

// mouvement des Lumières – une répétition de l’Histoire ? A l’instar des Lumières avec l’imprimerie, la technologie inventée, il nous incombe, en tant qu’être social, de nous l’approprier.
Contre cet obscurantisme ambiant qui garde loin le Public et l’Art, l’Homme et la Culture, il est essentiel de rappeler que les dictatures ont toujours fait taire les penseurs du monde.

> Les maisons ouvertes de pratiques numériques sont les nouvelles écoles des Lumières. (84c)
> Ainsi, le code est à la révolution numérique ce que l’écriture est à la révolution de l’imprimerie. (99c)